2017_07_22_dom_999_12

 

La Bretagne est une destination fabuleuse quand on part en famille avec une tétra sous le bras : des crêpes, des jolis villages, des fruits de mer et du poisson, des musées, des marais salants, des chemins le long des falaises escarpées, des plages, handiplages et piscines. Les enfants ont le choix des armes entre pêche aux coquillages, accrobranches, baignades et balades.

 

Cependant, il faut savoir qu'en Bretagne, un jour il y a soleil, un jour tempête, puis bruine, puis pluie, puis orages, puis averses, puis pluie, bruine, pluie, bruine, pluie, éclaircies, averses... Le temps a, comme les Bretons, un caractère bien trempé (bien que charmant !). Là, ça devient plus compliqué pour La-Soi-Fée de sortir le bout de son nez. Mais cela ne m'a empêché d'en profiter, alors suivez

 

20170727_123213

Le poisson : C'est une des raisons qui me fait choisir cette region. Il faut la voir cette Grande Courgette grignoter ses sardines pleines d'arêtes : un morceau à suçoter pour laisser couler du jus de poiscailles dans ses entrailles et recracher en plein restaurant et élégamment un morceau bien salivé dans son  assiettée !  Quant aux huîtres dont je raffole, on me permet de les gober de manière peu ragoûtante avec une pléthore de "schlurp" sonores. J'adore !

 

Cependant, le poisson dans l'eau peut réserver de mauvaises surprises, quand par exemple, Mon Terrien Préféré pose son pied sur le dos d'une Vive. Panique à bord pour des alsaciens, qui en terme de flotte n'ont affaire qu'au Rhin. Direction l'hôpital local (je vois déjà les habitués des marées se marrer mais j'aimerais vous voir, la gueule béante pendant l'attaque d'une Bretzels géante !)  où on lui dit : "Y'a rien à faire. C'est normal que ça fasse mal ! "

 

La plage : L'accès aux plages en fauteuil roulant n'est pas une mince affaire, car vous pouvez à 100% vous retrouver embourbé dedans. Sauf que La-Soi-Fée se fait tirer sur un handi-transat et au moment de se poser, elle se met à gratouiller de ses orteils le sable mouillé. Et là c'est l'apothéose : je regarde mes enfants jouer dans l'océan, les vagues rugissent bruyamment, le temps se suspend, et je goutte les embruns salés qui se sont posés sur mes lèvres leur donnant l'effet salière. Je m'imprègne de ces moments de Joie, de Sérénité et de Partage : c'est mon oxygène pour toute l'année.

 

Le matériel médical : Bon, là je vais taper où ça fait mal... Le soulève malade était en fin de vie : plus de possibilités d'écarter ses pieds, ça grince, se coince, se désagrège simplement quand La-Soi-Fée se laisse porter. On signale le problème et c'est sympa, il le ramène. Quant au verticalisateur, cest un Tueur !  La mousse sensé supporter mes genoux n'existe plus, me laissant maintenue juste sous les bras pour un démembrement du haut en bas.  On a abandonné le verticalisateur pour tirer sur le dos, déjà cassé, de La Lutine et de Mon Terrien Préféré.

 

2017_07_23_dom_999_11

Les  suédois :  on étaient pas sûrs qu'ils ne soient là, notre tribu viking qui a débarqué dans le camping. Mon frère, sa femme et leurs trois enfants. :  Émilie, Charlotte et Sassa qui venaient du Grand Nord afin de goûter aux journées ensoleillées. Mais c'était sans compter la  pluie sans discontinuités... Cela ne nous a pas empêcher de papoter, de rigoler, de profiter de tous ces moments géants qui font du bien au coeur, des instants de purs bonheurs !  Les cousins se sont retrouvés pour jouer et se baigner. Le Pied !

 

Le retour : Bon, je vous passe le trajet en train. À l'arrivée sur Strasbourg, il était prévu une correspondance sur Molsheim, où un voisin s'était décarcasser pour nous trouver une voiture aménagée afin de nous ramener dans notre terrier. Et voilà qu'en descendant du train, alors qu'on n'avait rien demandé, un taxi affrété par la SNCF apparaît pour nous ramener en gare de Molsheim. Vite, un texto pour Bruno : "on aura 25 mn de retard ! "

 

Voilà que le taxi Me ramène chez moi. Vite, un texto à Bruno : "désolée pour le dérangement, je vais arriver à la maison ! " Je suis penaude devant  l'amabilité de Bruno, qui doit en avoir plein le dos de mes textos.  Et ben non, avec Christine et Dominique, pour notre arrivée, ils ont confectionné une délicieuse tarte au thon ainsi qu'une excellente tarte choco-poires... Mais, décidément, pas le temps de déguster pour La-Soi-Fée, qui est déjà dans les bras de Morphée !

20170727_213319