doigts de pieds lechouille

Depuis que je suis handicapée par une SLA, j'attire inexorablement bisous et câlins de toutes sortes. Et depuis que je ne parle presque plus, bizarrement les choses se confortent... à croire que j'ai gagné en sex-appeal ou que les gens ont pété une Pile : on me caresse de (presque !)  partout : des poutous dans le cou ; des doigts qui s'entremêlent aux miens pour un joli et long mélange bactérien ; mes cheveux deviennent des aimants : je découvre l'intérêt que les Terriens ont pour ma chevelure au nombre de lèvres et de nez qui viennent s'y fourrer...

 

Je constate donc que mon statut évolue à la manière qu'ont les personnes de me toucher,  de m'effleurer, ou de m'étouffer !

 

Voici un bref récapitulatif de mes contacts physiques avec les autres bipèdes  :

 

Le contact "Mange-Tout" : plutôt utilisé par des personnes qui culpabilisent de ne m'avoir pas vue depuis longtemps, et qui vivent pas si loin de moi. Les embrassades sont fusionnelles et souvent physiquement douloureuses : on me serre et m'enserre, le cou tordu par des bras et des mains goulues,...  J'essaye de me dégager pour parler et dire : "J' ai mal, là maintenant !",  mais on me répond : "Ne t'épuises pas, je comprends  ! " La fusion cesse avec les effusions, et on se quitte en se promettant de faire rapidement "salon"

 

vache langueLe contact "Lave-Glace"  : Là celà concerne les deux Bouts de La Vie ; les jeunes enfants (en fait, que le Mien....) et les Anciens ( plutôt Anciennes d'ailleurs !). Pour les personnes âgées, je suis à leurs portées : qu'elles soient en fauteuil roulant, en déambulateur ou juste aidées d'une canne, il est facile de léchouiller La-Soi-Fée puisqu'en fin de vie, on a tendance à se ratatiner !  

Les Anciennes peuvent devenir dangereuses quand Elles attaquent en Bandes !  Elles ont une stratégie bien rodée : d'abord embrasser les lunettes avec excès pour aveugler La-Soi-Fée, puis les Copines rappliquent en caquetant, de sorte que vous perdiez toutes notions de lieux ou de temps ! Là, il faut absolument une intervention extérieure pour ne pas finir asphyxier dans le quart-d'heure : vu le nombre d'ADN collés sur mes binocles, La Meurtrière pourrait tranquillement quitter la scène, .... Pataclop pataclop pataclop... 

 

Le contact " Pitié, Aidez-moi !" : C'est un Touché un peu particulier, souvent adeptes des bénévoles des Soins Palliatifs, ou lors d'une hospitalisation.Vous êtes tranquillement installé à bouquiner,  et vous entendez toquer à votre chambrée. Comme vous êtes très polie, vous répondez " Entrez ! "soeur-marie-therese-des-batignolles-fait-son-comeback-en-couleurs-01

Là,  une personne inconnue s'assoit à vos cotés et pose sa main sur la vôtre (faisant tourner toutes les pages de la liseuse de La-Soi-Fée,  qu'elle mettra des heures à retrouver !).  De son autre main,  elle dépose SUR votre Liseuse Toute Chamboulée, un papier rosé ou orangé : une prière souvent à Saint Pérégrin ou de Saint Augustin... à laquelle très souvent je ne comprend à peu près Rien.

La Main reste scotchée à la Mienne, et Son Sourire se fait,  euh... Divin (des fois presque canin !)  ... Le Mien signifie juste : "Pitié, Pourriez-vous me rendre ma liberté s'il vous plaît  !?" Je reste souvent pétrifiée par Ce Sourire et Cette Main Imposée, comme si La-Soi-Fée n'allait pas finir la journée  !! brrrrrr.....

 

Le contact "obligé"  : Ce sont souvent des gens que vous ne connaissez pas et qui accompagnent des personnes que vous connaissez peu. Ils vous sourient d'un air gêné ; vous êtes embêté pour Eux et tenter de les apprivoiser des yeux, mais La Voix sensée les récompenser pour leurs efforts suffit à leurs faire une peur de Mort. Si je suis accompagnée de Mon Terrien Préféré ou d'une de Mes Fées, les Questions Osées osent s'exprimer : "Elle comprend ce que je dis ?"; "Euh... Elle est handicapée dans la tête aussi ?! " ; "Elle restera toujours comme ça !?" 

Mais, rassurez-vous, il suffit que je laisse couler un peu de bave sur le côté, que je laisse tomber ma tête pour les regarder au-dessus de mes lunettes,  afin de me débarrasser (ou de sauver !) les Pauvres Obligés : un bref serrage de ma main et une "bonne continuation" clôt la discussion...

 

Le contact "Étrangeté" : C'est celui des petits gamins qui m'observent d'abord de loin, et mettent en place une stratégie d'approche souvent très élaborée... Là, La-Soi-Fée est épatée de voir leurs Esprits Affûtés et plein de Curiosités se mettrent à fonctionner et à turbiner. 

calin de carottesOn se cache derrière Maman et on observe La Bête de loin ; La Bête tente un sourire rassurant et quand La Maman n'intervient pas en disant que "c'est pas polie de regarder la Dame Comme Ça", le jeu continue.... Une balle est lancée près de mon fauteuil, un clin d'oeil finit d'apprivoiser l'Écureuil : "dis Madame, t'as quoi ?" ; " Pourquoi tu as cette voix là ?"... "Je peux toucher les boutons de ta machine ? "...

La menotte s'approche et recule, Touché furtif mais Existant. La Bête redevient une Gentille Courgette et l'Écureuil n'a plus peur de poser des questions, même les plus indiscrètes .... L'Étrangeté a laissé la place à un minuscule début de Complicité. Ça peut être Beau l'Humanité  !

 

La-Soi-Fée, avant la SLA était naturellement enclin aux Bisous Appuyés quand Elle sentait les Bulles Protectrices* de ses Interlocuteurs à l'unisson de Son Coeur. 

Aujourd'hui, la SLA a modifié ma perception de Toutes Ces Attentions : Ma Bulle s'est transformée, non parce que j'aime moins les gens, mais juste parce que je n'ai plus les bras pour les serrer ou m'en éloigner. Et je n'ai plus les Mots qui font des Ponts ou qui disent "Non" ..
.

 

Mais comme La-Soi-Fée n'a pas de solution pour réguler cette situation, Continuez à lui faire bisous, caresses et câlins : Comme Elle peut encore mordre, vous saurez bien assez tôt si ça lui fait vraiment du Bien !!!

clément bisous web

* les fameuses "bulles"  : Certaines personnes apprécient la proximité et même le contact physique et d’autres ont besoin d’espace autour d’elles pour se sentir en sécurité. En nous ajustant à cette distance, nous témoignons la volonté d’engager la conversation, le désir d’intimité ou au contraire le manque d’intérêt ou la méfiance. Cet espace personnel  varie selon les personnes, la relation établie, les habitudes culturelles et certains facteurs personnels.