2017_12_31_dom_999_16

Ça y est, on y  est : 2018 ! Bonne année !

 

Pour nous Sla’ggueurs et Sla’ggueuses, chaque année passée est une victoire sur la maladie, mais en ces temps de fêtes, j’ai une pensée particulière pour mes nombreux Amis envolés trop tôt à cause de la maladie de Charcot. Je pense à ces enfants qui ont perdu leur parent, à ces mamans et papas qui ont dû enterrer leur enfant, à toutes ces familles endeuillées en 2017  et qui ont passé leur premier Noël sans un frère, une sœur ou un ami… Je pense à :

 

Alain décédé  le 17.04.17 ; Fredy le 03.05.17 ; Cédric le 01.07.17 ; Axel le 10.10.17 ; Raphaël le 27.05.17 ; Chantal le 19.05.17 ; Cyril ; Pierre ; Sylvain ; Anne Marie le 29.06.17 ; Manu ; Florence ; Christophe ; Maïté le 20.04.17 ; Denise le 05.12.17 ; André ; Agnès ; Damien ; Christian le 12.10.17 ; Thierry ; Paule ; Philippe (Cornelius) le 01.04.17 ; Valérie ;  Patrice ; Jean Michel (JM) ; Jean ; Gérard ; Daniel ; Jocelyne le 10.05.17 ; Jordi ; Martine le 29.08.17 ; Eliane le 02.04.17 ; Annie le 02.04.17 ; Francoise le 06.02.17 ; Marie jeanne le 09.06.17 ; Pilou ; Nicoles le 27.10.17 ; Annie le 12.01.17 ; Serge le 21.02.17 ; Philippe ; Frédéric ; Mireille le 17.11.17 ; Bernard ; Isabelle ; Henri le 27.10.17 ; François ; Brigitte le 29.10.17 ; Irène le 18.08.17 ; Marie France, Corinne…. Et tous les autres que je ne peux citer ici…

 

Mais comme vous le savez déjà, La-Soi-Fée ne veut pas que tous ces morts fassent juste partie du décor : même si je ne suis pas croyante, j’aime à penser que tous nos  amis ne sont pas trop loin  de nous et qu’ils veillent sur toutes nos petites existences …

En fait, La-Soi-Fée aime les belles histoires qui finissent bien, et comme personne n’est revenu de l’au-delà pour nous raconter s’il existe un là-bas, je me fais mon film à moi !!

Alors, mes amis, ne vous lassez pas de vous souvenir de nos chers disparus, et réservez leur chaque jour un mot de bienvenue : 

Pour eux mais également pour tous ceux qui traversent la méditerranée au péril de leurs vies ; à tous ces combattants de l’espoir qui luttent dans des régions du globe où l’humain ne vaut rien ; à ces hommes et ces femmes qui subissent  le dérèglement climatique de plein fouet pour notre manque d’éthique…

 

Penser à eux, c’est nous permettre de mieux exister et semer les graines d’amours et de solidarité tout autour de nous : c’est amorcer de beaux changements pour nos enfants.

Que cette année 2018 soit douce pour toutes et tous…