Kaine 1

 

Elle était artiste peintre de renommée, mais je ne préfère pas la nommer. On l’appellera l’Artiste. Elle peignait des corps sculptés par des sports de haut niveau, des corps musclés en pleine action, des corps emmêlés dans une mêlée, des corps qui bougent, des corps qui boostent le capot, … quand le diagnostic lui ait tombé sur le dos : C’est la maladie de Charcot.

La maladie de Charcot lui a fait abandonner couleurs et pinceaux, toiles et couteaux, mais c’était sans compter une volonté de fer et un Amour de la Vie Infini : elle lèche ses toiles numériques de ses yeux énergiques.  Sur son ordinateur, les fondus s’enchaînent, les traits sont tirés, les couleurs se rebellent, l’Artiste est définitivement Belle dans sa cervelle (c’est pour la rime !)  

Elle a plusieurs hommes dans sa vie, une flopée d’hommes bons et bienveillants ; un garçon de 6 ans, Son Cadeau, celui qui l’a fait tenir Ici-Bas avant d’aller Là-Haut, et un Lourdaud sensé l’alléger d’un fardeau un peu trop lourd à porter.


Il aurait pu être mignon mais il semble vraiment avoir un j’tons : il ne dort pas trop  loin de notre Artiste,  rémunéré pour veiller sur ses nuits tantôt sereines, tantôt tristes, tantôt douloureuses et tantôt…. douloureuses… Car l’Artiste n’est pas faite pour rester sans bouger, les fasciculations la font ressembler à un parkinsonien  ou à un marathonien au bout du chemin. Quand les crampes s’emmêlent dans son corps hors de contrôle, il faudrait que le Lourdaud se réveille et la masse gentiment, au lieu de quoi, il traîne sa carcasse en jurant.


C’est un phénomène qu’on trouve de temps en temps quand on ne peut plus bouger ni parler : ça se déplace à toutes rancœurs, vous faisant au mieux passer pour un pot de fleurs, au pire pour un porte-malheurs ; ça utilise des gros mots à gogo comme si vous étiez sourde comme un pot et quand le pot se retire et que la peau s’étire, il se retire sans un mot de compassion. Faut le dire l’Artiste, et sans diffamation : c’est vraiment un C.N !

Karine 2

Mais la tétra ne s’en laisse pas compter : dans sa tête, elle peint un beau joueur du ballon rond, qui balance de toutes ses forces un canon dans la tête de l’Avs ; un boxeur en caleçon lui file des gnons et le fou d’apnée lui fait faire une plongée dont il a beaucoup de mal à remonter. 3-0 par KO pour l’Artiste ! 

 


Souvent, les gens sont démunis devant notre maladie, soit…., mais pour les gens malveillants, Méfiez-vous de la force des pensées : les tétras-muets pourraient bien venir vous secouez !

 

 

...Quant à l’Artiste, pour nous tous, c'est une réelle Optimiste ! 

 

 

l'artiste 1

 

 À Karine....